22 décembre 2016

The Theory of everything.

C’est la théorie d’un tout, Un ensemble, une unité, un chemin, au bout D’un sentier et au détour d’une voie escarpée, Je franchis cette porte, ce temps, cette onde émet, Elle vibre sur mon cœur, sort de mon être pour s’évader Au-dessus des flots, des océans, qu’un seul de ses mots Me confonde, me perturbe, et m’élève au lointain, badaud Enfant des caniveaux, j’ai grandi en silence dans l’ombre, D’un matin d’hiver, que les saisons ne se confondent en un seul point. Radieuse elle l’est comme une rosée d’un matin sur la pétale... [Lire la suite]
Posté par langemichel à 19:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 décembre 2016

Duchesse

Ne me demande pas pourquoi je quitte cette page, Ne me demande pas pourquoi suis-je si mal, cette rage Compose mes instants, peuple mes pensées, Chaque instant je me pose cette question, mais qui est tu ? Pourtant je suis si fort, et rien ne pourrait me fracasser, Seul ton regard azur, tes yeux bleus sont d’immensités Dans lesquelles j’ai puisé toute mon inspiration, Alors j’essaye et tente de t’oublier, comme on oublie Un air, une chanson, de ces jours gris sous la pluie A t’attendre, à guetter la sortie de ton... [Lire la suite]
Posté par langemichel à 17:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 décembre 2016

La diva des Dunes

Ouvrir ces portes, que de sens caché, Ouvrir un cœur, que de mystère entier, Ouvrir son âme, que d’histoire à conter, Le murmure est un songe, est ce songe est parfait, Je te regarde, le temps se décompose, mon visage ridé Buriné par les années, les saisons, les pluies acides, et les trottoirs perforés, Je me sens las, vieux, qu’un sommeil me guette, il assassine mes rêves, l’été Décline sa version automnale, et je me revêts d’un simple manteau blanc, instant de pureté Qu’une princesse écorne les pages de mon histoire, plie de... [Lire la suite]
Posté par langemichel à 20:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 décembre 2016

La princesse, le Lion et le Roi.

Il y a des aubes que l’on ne devait jamais connaître, D’espaces et de temps, de minutes à instants, j’ai vu naître Des milliers d’étoiles dessinées sur cette toile noire, Qu’à la nuit tombée ne distingue qu’un voile, vague espoir D’une nouvelle vie, d’une nouvelle naissance, voir Ce qui est et qui sera, mais que personne ne disposera. Le temps pose sur les notes de ma vie, les dernières portées D’une sonate inachevée, celle d’un air à 4 temps, Je me sens libre, léger, aérien je dirais, soulagé De mes fardeaux et mes peines... [Lire la suite]
Posté par langemichel à 20:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 décembre 2016

Flotter aux dessus des vagues

J’ai touché les sommets de toute une vie, De mépris en rancœur, j’ai savouré ce mets délicat D’une douceur et d’un moment infini, Je suis cette ombre, qui n’a d’écoute, ni d’éclat Juste un roman, une ligne sur ton arbre, un destin Que le temps nous accorde, qu’il est doux, paisible Je me sens si bien, je découvre le temps, risible Par moment de joie, je suis cette goutte d’eau Qui coule lentement, oui doucement sur ta peau Je vois tes yeux illuminer ma vie, ses étoiles sont des astres qu’un enfant perdu A griffonner sur un coin de... [Lire la suite]
Posté par langemichel à 15:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 décembre 2016

Intemporelle

Que de vaines paroles volées A temps et à l'instant qui le compose, De ses tranches de vies, ces destinées Perdues dans le dédale de ces proses, Il n'y a qu'une ère qui prime à la vie. L'oubli est une arme parfaite à l'ignorance, Pour permettre aux années de poser la distance, De souffler les bougies sur ce gâteau empoisonné, Pour en consommer qu'une part amère et désuète. Alors, elle sommeille au plus profond de mon être Qu'une image pure se dessine à ma mémoire, Tu observes du haut de ta fenêtre L'espace et le temps dessiner les... [Lire la suite]
Posté par langemichel à 18:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 décembre 2016

Pour Elaine

Je n'ai pas beaucoup dormi, Et pourtant l'aube m'éveille De son long baiser, enseveli Sous les draps blancs, le reveil Sonne et chante, les oiseaux dans les cieux D'un battement d'ailes font changer le temps, Certes les courbatures et les rayures sur ma peau Font de moi cet être sénile et si vieux. L'aube, reposante et fertile, m'apporte son lot De chants et de rires d'enfants que j'étais, Il reste dans ma mémoire, le temps et les saisons n'ont de mots, ... [Lire la suite]
Posté par langemichel à 20:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 décembre 2016

Stelar

Le matin se lève au pied de mon lit, Je me sens si bien, en quelque sorte béni Par ton regard, par la douceur de tes hanches, De tes baisers perdus, tu es cette éternel ange Qui borde chaque soir les recoins de ma mémoire. Le temps écourte et prolonge notre histoire Il distord les cordes de l’univers en d’énormes trou de ver Pour me garder aussi longtemps auprès de toi. La courbure de tes formes se dessinent au matin qui se lève, Je pose mon regard sur toi, le miroir est le reflet fidèle de toi Il n’y a plus d’élan du temps... [Lire la suite]
Posté par langemichel à 20:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 décembre 2016

La théorie d’un tout

Ce temps que je dispose, Ce temps qui se compose, Ce temps qui est virtuose, Le temps d’écrire cette prose, Me voici composé à l’imparfait, De sonates en quatrains, Je chante et cours sur ce chemin, Alors ce temps se décompose En strates diverses et variées, Pour poser en de couches épaisses, Ces marques du temps déposent Sur mon être les sillons parsemés Des dernières lueurs d’un été. Il porte en moi ces lourdes caisses Comprimées dans les corridors d’une allée Ce temps qui m’indispose, Ce temps qui se retourne et... [Lire la suite]
Posté par langemichel à 16:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 décembre 2016

Le silence et l'oubli

Le silence de ces instants, ce profond moment de solitude, Entre l’effroi et l’oubli, je me sens si bien, pure instant de quiétude Dans les prémices d’une nouvelle vie, peuplée de turpitude Qui est une réponse à mes angoisses, à mes attentes, état de plénitude Absolue que l’on oppose à la nuit, à ces bruits sourds venus du lointain. Je contemple ton corps à mes côtés, tu es si belle, et le souffle tiède cadence Le rythme de ta respiration au gré de mes pensées, de splendides images Blotties aux endroits inoccupés de ces... [Lire la suite]
Posté par langemichel à 18:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]