La théorie d'un Tout

« Dans ma vie, il m'arrive de porter le cap vers de nouveaux horizons.
Inconnus, mystérieux, pour trouver au cours de ma navigation de belles et magiques personnes.
Une brève histoire de temps, une brève histoire d'une rencontre, impossible car elle n'aboutira pas. Elle effacera cela de son coin de regard malicieux.
Préférant les vieux boucaniers, alcoolisés par des longs mois d'instances nocturnes à vouloir toucher les étoiles.
De porcs en ports, elle s'égare du fils d'Ariane qu'elle ne maitrise pas.
Alors, je me penche sur la carte de navigation, je scrute les étoiles et les alizées, puis je hisse la grande voile face aux vents, pour naviguer vers de nouveaux horizons.
Tu n'es pas cette perle rare, et ni ce témoin activateur d'histoire & de légendes, mais une pâle relique d’un bord de page jaunie.
Tu riras à pleines dents en lisant ces lignes, et tu te reconnaîtras à la lecture de ces paroles....
Je suis aussi l'archange qui sommeille dans de lointaines contrées, caché par les brumes d'un matin de fin d'Hiver, pour faire jaillir la vie des entrailles d'un nouveau monde.
La théorie d'un tout, unique vérité, personne autant que toi n'a pas compris ce sens caché.
Briller est un fait, mais à force tu confonds étinceler et ''reluire''....
Double peine je te le conçois….
Lettre ouverte à mon cœur, voilà le bon sens que j'écris, et dicte ce texte.
Abuser de ma patience, user mon intégrité, à vouloir démonter la belle relation qu'il pouvait être et qui est morte dans l'œuf.
Peux d'être sont au fait de leur existence, ce n'est qu'au crépuscule de la vie, qu'ils s'acharnent à retenir leur âme d'un corps décharné qui l'abandonne sous le poids des années.
Retiens bien ceci, car toute relation à une initiale, elle se compose au rythme d'un temps et un tempo, et d'une fin possible et voulue souvent.
J'aime à croire qu'il y a et aura des belles personnes qui peuvent voir parfois au travers d'un regard la puissance d'un ange.
Qu'une pluie d'automne suffise à éteindre le feu qui consume le cœur à défaut, pour le rendre fertile et fécond.
Mais tout cela t’est totalement inconnu, indifférent à toute évidente et unique vérité qui te ressemble tant : Ton inutile est ton agréable. Se contenter du peu pour assouvir le maximum de ta soif d'abus d'orgasme et de peine perdue qui vide ton crédit à la banque d'une existence en déficit….
L'aube m'a toujours donné la force et le courage de prendre les bonnes décisions, de relire ce texte me fait un bien fou, une joie féconde et immense.
Baigné dans la quiétude d'un futur, entouré de celle qui m'aime, et de ceux qui sont mes véritables et uniques.
Loin de ton île aux corsaires, loin de ton îlot miséreux et pitoyable, tu vomis chaque nuit de lune une nouvelle mauvaise histoire, dans laquelle tu tentes toujours d'obtenir plus à la grâce de tes faveurs intimes.
Un jour, oui je le sais déjà, ton solde sera réglé de tout compte, et dans la froideur d'une nuit sans lune, tu chercheras désespérément l'étoile qui pouvait te guider.
Tu m’appelleras de toutes tes forces, hurlera aux quatre vents, mais l'écho stérile et sans cœur n'aura la réponse que tu attends.
A prendre les gens de haut, tu finis toujours par retomber par-dessus les eaux…''

Histoires de textes et de légendes (c) Michel Cosentino