12 janvier 2017

Maeva Reine des Neiges (tu te reconnaîtras un jour)

  De cette folie des hommes que reste t'il de ces damnés, Des gouttes de pluie qui ruissellent sur les dalles grisées Le béton des cités a gommé mes souvenirs embrumés, Les allées sombres se sont emplis de fantômes, Je croisais une orpheline, errant sans but dans la vie, Elle était perdue et son âme cherchait le réconfort, Ses rêves se sont perdus dans le silence des corridors des cités, De ses instants de solitude elle cherche en silence Et tout son être résonne d'une profonde... [Lire la suite]
Posté par langemichel à 21:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 janvier 2017

Le petit garde barrière

C’est un petit garde barrière Qui habite près de la rivière, Chaque aube des matins, Il prend la route puis le train. Chaque matin, il pose délicatement sa veste Sur ce vieux porte manteau rouillé, Lui a tant vu, tant de départs, ceux qui restent A quai pour voir les trains s’éloigner. Un matin de printemps, sur le quai attendait Une jeune fille radieuse et tout de blanc vêtue, sa robe lui glissait Sur le corps, elle regardait son reflet dans le miroir, pour se poudrer Le nez, ajuster son teint, se maquiller Une... [Lire la suite]
Posté par langemichel à 19:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 janvier 2017

Un homme Simple

C’est fou qu’un jour de pluie, tout s’arrête, comme si le temps Et l’espace ne faisaient plus qu’un seul et unique, longtemps Comme figé par une goutte qui ne cesse de couler doucement sur ma joue trouée, L’acide des cités qui m’ont vu naître ont sculpté en moi la totalité De toute mon enfance, j’étais seul perdu dans les corridors, ces allées Sombres sont devenus sans lueur lorsque tu es partie. Je n’ai eu de cesse que de te chercher, hurler ton nom, mais le vent et la... [Lire la suite]
Posté par langemichel à 18:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 janvier 2017

Le prince et la libellule

Je rêvais d'un monde à l'éternité, Qu'un monde à l'univers parfait, Fait de personnes rayonnantes, belles et sincères, Que le temps effacerait toutes nos misères. Lorsqu'il la croisa dans la rue, elle souriait De toute sa splendeur fragile l'éblouissait, Lui, l'admirait par sa grâce et sa beauté, Divine femme venu d'un lointain, toute la vérité De cette rencontre se pose sur cet instantané. Fragile, elle est, car son coeur est un diamant de grande pureté, ... [Lire la suite]
Posté par langemichel à 18:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 janvier 2017

Cette Idée Naturelle Des Yeux

Etre une véritable identité, d'une autre époque, Mais ce temps m'appartient, et je ne veux pas le perdre A tourner dans ces romans sans lendemain, ni de vivre sans lueur. L'amour est un tout, rien n'est aussi fort, et quoi qu'il arrive se tenir à cela, Parce qu’un être qui aime c’est la lueur dans un âtre, elle provoque Des montées d’adrénaline, vous fait basculer le cœur, Vous donne l’élan de folie qui guidera votre vie, le bonheur De vivre, d’espérer ce qui est et qui l’être, pour que toute partie De notre... [Lire la suite]
Posté par langemichel à 19:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 janvier 2017

Quelques baisers sous la pluie.

Assis au bord de la route, je scrutais le ciel et ses étoiles, Assis sur ce banc j’écoute cette douce mélodie, elle se dévoile A mes oreilles d’enfant gâté, de celui qui écoute en silence Le soir seul dans son lit, qu’une aurore pose sur mon front un immense Voile sur mes rêves permis, alors je m’envole au lointain levant, Vers une nouvelle destinée, celle de l’aurore et des grands goélands, Que les océans seront une ultime traversée vers la fin de mon voyage, Je laisserai des centaines de textes sur les murs, et de belles... [Lire la suite]
Posté par langemichel à 20:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 janvier 2017

Ex Machina

Il existe une cité, blottie dans les nuages, d’où vivaient Des êtres purs, faits de chairs et de sang, ils composaient L’élite, que nul autre être égalait, mais parmi elle Une petite princesse perdue, solitaire, belle et rebelle Cherchant la clé de son rêve, de percer ce grand mystère, Celui de l’amour, et de ses vérités, essentielles sur cette terre. Elle croise la route d’un automate, le regarde, et lui demanda : Machine, qui es-tu, d’où viens-tu ? qui t’a fait ainsi ? Etonné qu’on lui adressa la parole, il se... [Lire la suite]
Posté par langemichel à 10:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 janvier 2017

L'unique Vérité

Lorsque l’aube se lève, qu’un matin d’hiver devant ta porte Tu trouves cette rose, c’est un mystère, un roman, une histoire, Celle qu’une initiale a porté sur les dalles du temps présent, mémoire D’un instant fragile, d’une vie qui se dérobe, la mienne, je reporte Mon arrivée à d’autres époques, car le temps file, se tournoie Dans cette vie qui sans âme erre et se noie Aux confins d’un océan qu'aucune personne n’a traversé. Tu tiens cette clé, au fond de ton cœur, sentiment inavoué Qui... [Lire la suite]
Posté par langemichel à 19:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 janvier 2017

La Dame des 4 vents

Du haut de la colline, celle des quatre vents, Sa maison borde le ruisseau, de grands moulins bleus Tapissent l’horizon, et de sa fenêtre elle scrute souvent les cieux, Qu’une aube à la pointe de son chemin, croise la route d’un vieux briscard, Perdue elle était, perdue elle semblait, mais surtout fragile et tendre à la fois. De ces silences, comme de longs instants de quiétude, il la regarde, près de la gare Demeure l’arrêt d’un train celui de ses rêves, de ses envies, mais le temps Est trop court à son goût, épice les... [Lire la suite]
Posté par langemichel à 19:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 janvier 2017

Le lion, la grenouille, la Princesse et l’oiseau

  Dans un monde qui est mien, vivaient en harmonie Un lion, une grenouille, une Princesse et un oiseau. Ce monde parfait d’où régnait une totale union Créatrice de beauté, vint à se ternir lorsque le vieux lion Se sentit vieillir, que ses forces déclinaient au levant d’un matin gris, Alors d’un rugissement puissant, secoua la marre réveillant dame grenouille. Mais mon roi, que t’arrive-t-il, ce n’est pas ce cri qui m’effraie, ma ta bouille Qui ressemble à une fleur fanée, ton regard est usé, tes griffes ne sortent plus,... [Lire la suite]
Posté par langemichel à 19:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]