29 septembre 2014

A cælo usque ad centrum

Ces instants qui me manquent pour exprimer toute ma peine, Ces minutes que l’on espère éternelles, mais qui nous enchaîne Aux piloris de la vie, ce sont des sentiers interdits dissimulés Derrières épais manteaux de brumes, qu’une existence échouée Sur le sable d’une mer déchaînée, à soulever des tempêtes Au bord des océans ne sont que chimères, sans lendemain. Ce ne sont que quelques moments inutiles, qu’une vie s’apprête A rendre au destin, elle le sert si fort contre son cœur, Délicatement, d’un geste doux elle repose sa... [Lire la suite]
Posté par langemichel à 09:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 septembre 2014

Aux portes du Paradis.

Que reste-t-il d’une existence à l’aube d’une éclipse solaire, D’un matin de brumeux léger et venteux, d’où émerge d’un lointain, Quelques silhouettes tirées d’un trait de fusain, Que l’imagination dessine sur une voie lactée polaire, Repose en paix, dit-il au présent, laisse couvrir ton corps d’un drap blanc, Il n’y a pas de honte à aimer, juste le sentiment d’être effacer du temps, La route qui conduisait au sommet de ton pallier est devenu orphelin De ses pas, les corridors n’auront plus la même sonorité. Vient sombre nuit... [Lire la suite]
Posté par langemichel à 19:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 septembre 2014

Histoire d'un Homme.

Qu’il est si doux ce temps qui glisse sur ma peau, Milles excuses pour cette oubli, l’acte de ma vie Se soulève sur une nuée de souvenirs, rideaux D’un passé révolu, oublié d’une belle venue d’Asie. Je soulève son voile doré, pour que la lueur de son regard Se pose sur mon cœur, de toutes mes forces, je la serre d’une étreinte Passionnée, je me sens si léger, sur ce quai de gare Je passe sur l’asphalte d’un bitume grisonnant, figeant l’empreinte D’un délicat instant sur le négatif d’un présent. Remontant vers sa bouche, je... [Lire la suite]
Posté par langemichel à 19:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 septembre 2014

La passager de nulle part

La rage au cœur, j’ai perdu de raison La rage au cœur, j’ai vendu biens et maison, La rage au cœur, je n’ai plus d’amis ni de passion, La rage au cœur, je ne suis plus qu’une âme, pure dérision. Passager d'une destination vers nulle part, je ne suis que l’ombre D’un funeste destin, la rose est perdue, de sa tour ronde Je scrute au lointain la lueur de ses dernières aubes sombres, Je ne voulais qu’une larme sur ma peau trouée. La rage au cœur, j’ai vendu mon âme, La rage au cœur, elle est devenue l’être infâme, La rage au... [Lire la suite]
Posté par langemichel à 10:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]