11 août 2010

Ces matins d'automne

''A pas feutrés je m’avance jusqu’à ton lit ; tu dors. Splendeur d’entre les splendeurs, je te regarde dormir. Ta grâce et ta beauté sont des pétales qui ornent telle une parure mes yeux d’enfant gâté. Je plonge dans ce grand océan d’amour, et m’enlise entre tes bras. La chaleur de ton corps fait frémir tout mon être. La lune, de ses grands traits blanchis traversent les vitres, pour venir se poser sur moi. Il commence à faire froid, et le vide s’installe dans mon esprit. Il est 3h30 et la pluie frappe aux vitres de ma chambre, c’est... [Lire la suite]
Posté par langemichel à 17:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]