29 février 2008

L'instant de vérité

A la lueur d'une relecture, il m'est apparut que mon roman doit encore être travaillé. Il me manque certainement un petit retaillage littéraire et une approche bien plus terre à terre, qui peut être permettra de lisser, caresser les sens et non le vide..... Je suis dur avec moi-même, certes, mais je pense que c'est mieux ainsi. Après tout Hugo avait mis 20 ans à écrire les ''Misérables''.... Mais je ne suis pas Hugo non plus  diantre !
Posté par langemichel à 11:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 février 2008

Maux pour Maux

Tu voudrais trouver les mots,   Mais ce ne sont que des maux   Qui tournent et retournent dans ta tête,   Ils tapent, martèlent les dalles,   Poussent des cris, profonds râles,   Pour devenir de simples miettes,   Des bribes de paroles qui s’essoufflaient   Aux portes de nos envies,   Chassés ces vieux démons aigris,   Traîne ton âme de damné   Sur le bitume fissuré,   Tire ton corps hors de ces eaux croupies,   Éveille tes sens à la vie.   La... [Lire la suite]
Posté par langemichel à 15:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 février 2008

Des Rires aux larmes

La méchanceté est une arme facile à utiliser. On la prend dans sa main, bien fermement puis on l’assène à son voisin. Certaines personnes se sentent enchaînées à leur étrave, plongeant allègrement dans la mer de la mesquinerie. J’ai souvent lu sur le net des personnes autoproclamées directeur d’une conscience dont ils ne disposent même pas. Ils cherchent à s’affirmer dans de petites pièces mal ventilées, à un public bien restreint. Je ne me pose pas en juge ni parti, juste un observateur de certaines pratiques erratiques. Elles... [Lire la suite]
Posté par langemichel à 11:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 février 2008

La gueuze du Nord

Lorsqu’elle soulevait ses bras, la pauvre gueuze n’avait qu’une odeur rance à renvoyer. De grosses touffes de tumulus poilus, tapissaient ses aisselles embrumées de sueur. De lourdes gouttes salées perlaient le long de son front plat. Elle revenait des champs de patates, après une âpre journée de labeur. Ah douleurs rénales secouant son antre en feu, laissant échapper une odeur pubienne nauséabonde. Alors, secouant sa robe pour faire fuir l’assemblée de diptères fanatiques, elle pose son séant sur une vieille souche qui lui... [Lire la suite]
Posté par langemichel à 14:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 février 2008

Le refuge de l'incompris

Il y a dans un coin de notre esprit, une zone protégée de notre mémoire que l’on appelle le refuge de l’incompris. Il sommeille en chacun d’entre nous, il nous habite, nous habille, nous hante ou nous persécute même par instant. On refuse de l’écouter, car il martèle en nous certaines vérités. Il nous rappelle à notre bon souvenir nos erreurs passées. Il insiste, appuie sur nos faiblesses, secoue nos hésitations, balance notre incertitude selon son bon gré. Alors arrive à grand pas l’angoisse et son cortège bilieux, le manège... [Lire la suite]
Posté par langemichel à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 février 2008

Ab Immo Pectore (du fond de mon coeur)

L’horizon devient un peu plus brumeux, le matin est frais, pas une âme qui vie hors de ces chaumières. Et pourtant, il faut se dire qu’une nouvelle aube se lève, un souffle de vent nouveau se disperse dans les airs.   Quelques fois je lis de ce là quelques bribes de poèmes laissés sur la toile électronique. Quelques octets littéraires, quelques effusions d’émotions intimes. Elles sont le reflet d’un moment de solitude profond, et peut être désespéré… Il ne reste qu'une vague chanson, la complainte d'un condamné, le silence... [Lire la suite]
Posté par langemichel à 12:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 février 2008

Le blues de l'Ecrivain

"Quelques fois on s’engouffre dans les corridors de l’oubli. On foule à grandes enjambées les dalles de pierres du sentier de l’incertitude. Nos yeux cherchent en vain la ligne d’horizon, géométrie rassurante à notre équilibre. La stabilité de nos pas sont compromis, et nos épaules accusent le coups. On cherche un refuge pour se protéger de cette solitaire et pesante angoisse qui vous broie les intestins. Peu ou prou d’amis qui viennent soutenir ce corps vacillant. Pas plus encore d’âmes charitables pour vous tenir debout. Et... [Lire la suite]
Posté par langemichel à 12:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 février 2008

Se faire éditer - Les pièges à éviter

Au petit matin, vous quittez votre lit douillet, l’esprit encore embrumé par des chimères littéraires nocturnes. Une tasse de café, un léger tourbillon agite son milieu, et un bon croissant qui vous mets l’appétit matinal en éveil. La radio s’allume, dernières nouvelles tristes de la journée. Dans ce dédale de brouhaha et d’informations vous plongez la tête dans votre journal préféré. Dernières nouvelles peu encourageantes. C’est là que vous ressentez un profond sentiment : la solitude. Au détour d’un article, vous lisez avec envie... [Lire la suite]
Posté par langemichel à 13:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 février 2008

L'origine des mes racines

  Quelques fois je me demandais d'où mes aïeuls, ou bis aïeuls, étaient originaires? Certaines tout d'abord de la Sicile, certes. Mais, en fouinant sur le net je tombais sur des pages dont l'homonymies de ces auteurs attisaient en moi la curiosité. En cherchant plus en amont, je découvris que certains de mes parents avaient fuit le régime fasciste de sicile. Ils trouvèrent refuge dans les bras de la belle et sculpturale Tunis. Certains sont certainement issus de ma famille, ce qui a suscité quelques pointes d'orgueil. J'ai... [Lire la suite]
Posté par langemichel à 20:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]